Articles

Expérimenté depuis 2014 sur 4 départements, ce dispositif a été généralisé sur tout le territoire le 10 février 2017, sur toute la France grâce à une charte signée par la CNAF et l’Association des Maires de France.

 

Le fichier Filoue

La CNAF, à travers ce fichier,  récolte différentes données sur le profil des familles accueillies dans les crèches :

  • Caractéristiques des familles (âge, commune…)
  • Profil des enfants
  • Mode d’usage du mode d’accueil (temps d’accueil, facturation, articulation entre différentes modes de garde…)

 

L’objectif de la CNAF est de :

  • Mieux connaître les besoins des familles
  • Renforcer la coopération entre les différents acteurs
  • Piloter et évaluer la politique d’accueil du jeune enfant
  • Affiner son atlas des EAJE français, qu’elle publie chaque année depuis 2011

Consultez ici mon article à ce sujet.

 

Un dispositif obligatoire ?

Non, le recueil des données se fera sur la base du volontariat de la part des gestionnaires et après information et accord des familles.

Les données seront anonymisées pour produire des statistiques restituées aux gestionnaires y participant ainsi qu’aux maires adhérents à l’AMF (Association des Maires de France).

Un dispositif déjà testé

Depuis 2013, les départements de Loire Atlantique, du Rhône, du Nord et Paris participent à ce projet qui n’était qu’une expérimentation. Dès 2015, 11 départements étaient concernés et la CNAF publiait ses premières conclusions à partir des données envoyées par les 350 EAJE participants.

Les résultats 2015

Les enfants ont passé en moyenne 4h50 par jour ouvré en Eaje sur l’ensemble du territoire étudié. La densité des communes, l’activité des parents et la situation familiale sont des facteurs déterminants du temps d’accueil. Ce nombre varie entre 6h15 par jour ouvré à Paris et 2h15 dans les communes « peu denses ». Les enfants dont les parents sont actifs occupés connaissent des durées de garde plus importantes que les enfants dont les parents sont inactifs.

Les revenus des parents ayant recours aux Eaje influencent peu les durées d’accueil des enfants. Les prix horaires facturés aux familles sont calculés en fonction de leurs ressources, du nombre d’enfants à charge et du type d’accueil de la structure. En 2015, le prix horaire a atteint un maximum de 1,7 euros à Paris et un minimum de 1,3 euros dans les communes densément peuplées.

Pour connaître en détail les résultats de cette enquête, cliquez-ici.

En profiter pour s'équiper informatiquement

L’un des avantages pour les crèches n’étant pas encore informatisées est de bénéficier, par l’adhésion au dispositif Filoue, d’une subvention jusqu’à 80 % de la dépense engagée.

 

Accédez à la charte Filoue.

Pour en savoir plus, la Caf a réalisé une vidéo tuto

Partagez !